Cellule-école ?

 

 

Nous préférons aujourd'hui parler en termes de

cycles d'intiation aux cellules paroissiales d'évangélisation..

 

30 paroissiens ont participé aux deux premiers cycles d'intiation

« Cellule one », « cellule guide », « cellule témoin ». Il aura reçu tous les noms, ce groupe de 13 personnes qui en a tenté l’aventure en 9 rencontres. « Cellule-école », tout comme « auto-école », cela dit bien de quoi il s’agit. Pour maîtriser une voiture et la mener au milieu des autres, il faut apprendre le code et la méthode. Il faut se laisser initier aux secrets de la conduite.
En « cellule-école », 13 frères et sœurs ont accepté de plonger dans l’expérience vive de ce qui se passe quand un groupe devient cellule d’Eglise qui contient toute la richesse organique, tout le métabolisme de la Vie que le Christ lui-même fait circuler en son Corps vivant. Pendant les 3 premiers siècles, l’Eglise n'était principalement constituée que de cellules qui se rassemblaient dans des « maisons », vraies communautés où tout le monde se connaissait. Les siècles, et particulièrement la modernité en Occident, nous ont éloigné de cela et ont fait, même de l’Eglise, une réalité froide et impersonnelle.

Lors de l’assemblée générale, Jean et Evelyne ont témoigné de l’éblouissement lié à cette plongée dans le « fraternel » qui constitue le Christ. « On voit très rapidement la cellule comme une réalité vivante, avec une grande chaleur humaine. On se sent lié comme les doigts de la main. » Cette fraternité dans le Christ constitue le socle indispensable de l’accueil dans la cellule de frères et sœurs qui viennent de loin ou d’ailleurs. Cette expérience est servie par le cheminement de chaque rencontre fait de libre louange qui ouvre simplement le cœur au Seigneur et aux autres, de partage de ce que le Seigneur nous a donné de vivre, d’approfondissement de la Parole de foi, d’information réciproque, de prière les uns pour les autres, pour le monde, et en particulier pour l’oïkos, ou maison des frères à évangéliser de chacun.

Car si la cellule-école est initiation au métabolisme propre au Corps du Christ, elle ne peut être dans le même mouvement que Vie à partager, à multiplier. Comment obéir aujourd’hui au mandat du Ressuscité : « Allez… » ? La cellule, comme toute l’Eglise, existe pour évangéliser. Là, nous sommes convoqués à une véritable conversion. Chaque rencontre de la cellule-école est une plongée dans les étapes successives de la démarche d’évangélisation : la constitution de mon oïkos qui rassemble ceux et celles pour qui je prie, que je sers avec l’amour de Celui qui a lavé les pieds de ses disciples. Jusqu’au moment du partage de foi, du témoignage, de la conversion, de l’appel à entrer en cellule et en Eglise, pour petit à petit devenir soi-même missionnaire. Cette méthode a été clairement énoncée par Karol Wojtila, alors évêque de Cracovie et présentée à l’Eglise par Paul VI dans sa Lettre « l’évangélisation du monde moderne ». Texte tellement nouveau qu'il ne rencontra que scepticisme ou pire encore en 1975 !

Peut-être n’y croyons-nous pas, nous non plus ! Mais n’y eut-il pas un temps où nous ne pensions pas pouvoir rouler en vélo ? Durant 9 séances, nous avons cherché la perle enfouie à chaque étape… Nous balbutions encore comme des enfants. Et je remercie vivement Evelyne, Salomé et Jean qui vont participer pour nous, à Toulon du 11 au 15 juillet, à la 4ème école d’été des leaders de cellule.
Il nous faut maintenant, si Dieu le veut, élargir le socle du mouvement dans notre communauté. Les participants à la première cellule-école vont vous inviter à plonger vous aussi, le plus nombreux possible et dès la rentrée, pour 9 séances d’initiation en cellule-école. Plus nous serons nombreux, mieux cela vaut. Ne craignez pas, après, c’est une affaire d’organisation… Après cela seulement, nous serons assez « forts » pour lancer vraiment les premières cellules d’évangélisation.
Vous laisserez-vous convaincre ? resterez-vous sur le « à quoi bon ? » ou risquerez-vous le « pourquoi pas ? » Ce sera l'objet de ma prière, et de beaucoup d’autres, pour chacun de vous, durant l’été.
Laissons le Seigneur approfondir en nous le silence, la méditation, l’adoration durant ces mois d’été. Avec la communauté diocésaine qui nous dit qu’on ne peut pas devenir évangélisateur sans se laisser soi-même évangéliser. Et cela, le Seigneur seul sait et peut le faire ! « Talitha koum », dit-il à la jeune femme en ce 13ème dimanche. Laissons-le nous dire : « Lève-toi ».         Bon été à tous.


P. Jean-Pierre

Meteo Strasbourg